tiziri digne

TIZIRI DIGNE

Prénom : Tiziri >
Age :
25 ans >
Ville de naissance : 
Lille > 
Emploi actuel : 
Bloggeuse >
Femme de : 
Lucas Digne >

tiziri 2 - Copie (2) tiziri 4 - Copie (2) tiziri digne tiziri - Copie (2)
<
>

Pouvez-vous présenter votre parcours (ville, étapes…) et présentez vos enfants ?

Je suis née et j’ai grandit à Lille. A 21 ans, à la suite du transfert de Lucas au PSG je suis allé vivre à Paris. On y est resté 2 ans.
Ensuite il s’est fait prêter à l’AS ROMA pour 1ans (août 2015), puis acheté en juillet 2016 par le FCBARCELONA.

Quel est votre parcours scolaire ?

Après avoir obtenu mon bac ES en 2011 j’ai fait 2 ans de droit à la fac de LILLE 2.
Après le transfert de Lucas au PSG, j’ai voulu me réinscrire en droit à Paris mais les inscriptions étaient déjà finies et personne n’a voulu prendre en compte ma situation. Du coup, j’ai pris une « année sabbatique ». Puis j’ai tenté le concours d’entrée à l’EFAP Paris (école d’attaché de presse, de communication …). Je l’ai eu et comme j’avais déjà un bac +2 en droit je suis rentré directement en 3eme année. J’ai fait 1 an à l’école de Paris, pendant laquelle j’ai effectué un stage pour l’émission de Sophie Davant « toute une histoire ». J’étais community manager, en charge des réseaux sociaux de l’émission, des photos et de l’ accueil des invités lors des journées de tournages.

A quel métier vous destiniez-vous ?

Petite je rêvais d’être danseuse, ou chorégraphe. Puis j’ai lâché la danse au profit des études. Je voulais être commissaire ou juge pour enfants. Et finalement en arrêtant le droit et en entrant à l’EFAP j’ai découvert la communication et les métiers de presse et j’ai tout de suite accroché.

Des passions ?

Ma plus grande passion c’est la danse. J’ai fait de la danse classique et contemporaine au conservatoire de Lille de 6 à 16 ans. Ensuite j’ai fait du hip hop et du reggaeton. Maintenant je fais beaucoup de fitness en salle, ça me fait du bien, j’ai besoin de me dépenser, de me défouler. J’ai d’autres passion comme les voyages, la lecture et le cinéma.

Comment avez-vous rencontré votre conjoint ?

On s’est rencontré à la soirée d’anniversaire de ma meilleure amie de lycée (Le 10 octobre 2009). C’est moi qui organisais la fête et je ne l’avais pas invité parce que les parents nous avaient donné un certain nombre de personnes à respecter. Mais on avait beaucoup d’amis en commun et il est venu avec un mec de ma classe qui lui, était invité. On s’est pris la tête parce que je ne voulais pas qu’il rentre avant que les parents soient partis. Puis on a parlé, dansé, et à la fin de la soirée on s’est finalement embrassé 😉

Comment a-t-il commencé sa carrière ?

Quand on s’est rencontré il était avec les U19 du LOSC, ensuite avec la CFA et 9 mois après notre rencontre il a signé son 1ercontrat pro (Juillet 2010). Il fait son 1ermatch en pro en coupe de la ligue contre Sedan en octobre 2011. Titulaire pour la première fois en championnat en février 2012.

Vous avez choisi de suivre votre conjoint dans chacune de ses étapes. Vous êtes-vous sentis investis d’un rôle ? Si oui quelle a été votre mission ?

Quand il a été transféré au PSG en juillet 2013, nous avions 20 ans. C’était la première fois que j’allais vivre loin de ma famille et que nous allions être juste tous les deux. Ça nous a encore plus rapproché, on a grandi ensemble et chaque jour on essaye de faire du mieux que l’on peut pour l’autre. J’essaye de l’apaiser, de l’encourager et de faire en sorte qu’il mène une vie saine. Je ne me suis pas senti investi d’ un rôle particulier.

Comment vit-on loin de ses proches, dans un nouveau pays où l’on n’a aucun repère ?

Le premier transfert à Paris a été compliqué au début. On s’est installer à la campagne vers Saint Germain en Laye. J’étais souvent seule, Lucas allait à l’entrainement, en mise au vert, en déplacement. Je n’avais pas de copine puisque je n’étais plus à la fac et comme je suis assez réservée je n’allais pas trop vers les autres femmes de joueurs. Je déprimais toute seule à la maison. Du coup j’ai commencé à parler aux autres femmes, je m’entendais bien avec Émilie Nefnaf mais elle est partie. Et à ce moment-là, on a déménagé pour se rapprocher de Paris, et je suis rentré à l’Efap, j’ai rencontré du monde. Tout est devenue parfait. Et là on a re-déménagé. MDR !
L’année à Rome a été compliqué pour moi, surtout les premiers mois. Encore une fois on s’est installé à la campagne là ou quasiment tous les joueurs étaient, et moi je ne retournais pas en cours avant janvier (J’ai eu la chance de pouvoir continuer mon cursus à l’EFAP en ERSAMUS car il y avait une fac partenaire). J’ai fait une petite dépression, j’ai perdu beaucoup de poids, ça n’allait pas fort, j’avais le mal du pays, la France et ma famille me manquait, ma sœur encore plus. Ce n’était pas comme Paris ou ma famille venait souvent le vendredi après l’école jusqu’au dimanche soir. Là avec l’avion, il fallait aller à Charles de Gaulle car il n’y avait pas de départ de Lille, du coup c’était trop de temps perdu pour venir juste un weekend.

En Italie les entrainements durent longtemps, souvent il y en a 2 par jour, les mises au vert sont systématiques. Enfin bref, j’étais quasiment tout le temps toute seule. J’ai commencé à prendre des cours d’Italien à domicile, je me suis lié d’amitié avec ma prof, elle parlait un peu français et avait quasiment mon âge. On sortait ensemble et j’ai rencontré ses amis, qui sont devenus mes amis. Au bout de 4 mois on a déménagé en plein centre de Rome, à côté de mon école. J’ai rencontré une française de Paris qui faisait également ERASMUS. J’ai retrouvé une vie sociale, j’étais en ville, tout allait bien. Et, comme d’habitude on a déménagé. AHAHAHA !!!

Cette fois le transfert à Barcelone a été plus simple, je commençais à avoir l’habitude des déménagements, je parlais Italien couramment donc j’ai vite appris l’espagnol, j’avais des bases de l’école. On vie en plein cœur de Barcelone et j’ai vite rencontré les femmes de joueurs, …

Les clubs ont-ils simplifiés votre intégration ?

A Paris ils nous ont bien aidé pour le logement et il y avait beaucoup de soirées entre nous, nous nous rencontrions souvent. A Rome, nous avions les numéros de tout le monde directement. Mais les femmes n’étaient pas souvent là donc pas simple pour créer des liens. A Barcelone, pareil on nous aide pour les logements, les contacts importants, les joueurs installés et leurs femmes nous ont vite intégré au groupe.

Quelles ont été les plus grandes difficultés rencontrées dans votre parcours ?

Le plus difficile a été l’éloignement avec ma famille et la barrière de la langue en Italie. Le reste ça a été, on a fait des grandes villes donc ça va je ne peux pas me plaindre.

Parlez-nous de vos activités professionnelles, vos projets ?

Je travaille actuellement sur la création d’un blog mode et d’une chaîne YouTube. Un blog innovant et divertissant ou je ne vous parlerai pas que de mes looks, achats ou voyages. Ce sera un blog interactif ou les internautes pourront voter, donner leur avis, et débattre des tendances actuelles, des looks, …

Si vous deviez mettre à l’honneur une femme de, quelle serait-elle ? Pourquoi ?

Je pense tout de suite à Hayet Abidal. Je l’ai rencontré à Barcelone et c’est une fille simple, forte et avec des valeurs. Elle gère sa famille de 5 enfants, et a dû surmonter une épreuve très difficile qui a été la maladie de son mari. Elle a monté avec Éric une association qui vient en aide aux enfants malades.

Quels principaux conseils donneriez-vous aux autres femmes de ?

Je sais que quand on est la compagne d’un joueur la vie n’est pas facile tous les jours malgré ce que tout le monde pense. On est souvent seule, on doit s’adapter aux différentes villes, pays, langues…. Je vous conseille juste de ne pas vous effacer, de ne pas vivre dans l’ombre, vivez vos projets, vos rêves, faites des choses pour vous.

 

Portrait chinois

Si j’étais
une Couleur :  le rose c’est ma couleur préférée depuis que je suis petite, c’est mon côté girly.
un pays : l’ Espagne, j’aime la mentalité des gens, le soleil et l’ambiance.
une Ville : cette question fera rire Lucas parce qu’il dit que partout où je vais-je dit « ah ça c’est trop ma ville ». Alors je vais dire Paris, Barcelone et New York.
un Musée : Le 9/11 Museum à New York qui m’a vraiment retourné.
une Équipe de sport :  Le Barça
un Animal : un cygne. En rapport avec la danse et le ballet le lac des cygnes. Mais aussi pour la symbolisation de l’amour, l’inspiration, la grâce et la beauté.
une saison :   l ’été sans hésitations. Pour avoir toujours chaud, le ciel bleu et le soleil en me réveillant.
une artiste : Beyonce. C’est une femme forte, talentueuse, belle et engagé.
un sport : la danse
un objet : : mon portable. Pour pouvoir rester connectée à mes proches.
un film :  PS I LOVE YOU.
une boisson : une Pina colada sans alcool ou de l’eau.
un personnage célèbre :  Carrie Bradshaw dans sex and the city. Rien que pour son dressing de rêve.
une personne qui a marqué l’histoire : Simon Weil pour son combat pour les femmes et ses idées féministes.
un livre : la série Driven. Je viens de la finir, entre amour, passion et conflit, j’ai adoré.
une invention :  l’écriture, c’est la base de tout projets, de toute communication.
une marque :  Chanel. Pour le coté chic à la française, les intemporels de la marque et l’histoire et les idées de Coco.
un bijou : mon alliance c’est le seul bijou que je porte tout le temps.

Son blog : TIZIRI Fashion Police, c’est ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *