SOPHIE RODRIGUEZ PASSAVE

Nom et Prénom : PASSAVE RODRIGUEZ Sophie >
Age : 35 ans >
Ville de Naissance : L’Arbresle >
Emploi actuel :  Co-founder de la marque e-setera, press&communication / CM
Femme de : Johan Passave-Ducteil >

Sophie Passave Rodriguez Sophie passave rodriguez 5 Sophie passave rodriguez 6 Sophie passave rodriguez 9 Sophie passave rodriguez 7 Sophie passave rodriguez 4 Sophie passave rodriguez 8
<
>

 

Pouvez-vous présenter votre parcours (ville, étapes…) et présentez vos enfants ?

Je suis lyonnaise d’origine, j’ai grandi dans le Beaujolais jusqu’à mes 18 ans où j’ai décidé d’aller vivre à Paris, pour ma carrière de mannequin.
J’aurais d’ailleurs pu croiser mon mari bien plus tôt puisqu’il a grandi dans le 13ème arrondissement de Paris, et qu’à l’époque il essayait de devenir footballeur, mais non, l’heure n’était pas encore arrivée !
J’ai vécu 6 ans à Paris, j’ai beaucoup voyagé grâce à mon métier, de la France jusqu’aux Etats-Unis, en passant par l’Espagne.
Puis je suis revenue me poser à Lyon, où j’ai rencontré Jo.
Aujourd’hui nous sommes mariés, et surtout comblés, grâce à nos deux enfants, Alia 7 ans et Zayon 3ans.
J’ai aussi été chroniqueuse beauté/bien-être, animatrice de ma propre émission culinaire, je suis blogueuse à mes heures perdues www.lebbblog.com @lebbblog (c’est-à-dire plus très souvent car les journées ne sont pas assez longues!!), et je suis animatrice Radio (Tonic radio Lyon, Impact FM, Tonic FM…). www.sophierodriguez.com
J’ai dû arrêter de travailler en radio à cause des déménagements fréquents, j’ai alors investi dans mon propre Home Studio, pour enregistrer mes émissions depuis chez moi, car j’ai toujours mis un point d’honneur à avoir mes propres projets et à rester active.
J’ai ensuite ajouté une corde de plus à mon arc, en devenant Community manager d’artistes, de marques, de sportifs.
Mais la vie étant bien faite, tout cela me sert aujourd’hui, puisque avec mes deux associés, Julian et Teresa, nous ouvrons notre marque de vêtements, avec une ligne Homme, Femme et Enfant : e-setera ! C’est mon nouveau bébé !

Quel est votre parcours scolaire ?

J’ai suivi des études, jusqu’à obtenir mon BAC L, options ARTS… C’était le deal avec mes parents pour pouvoir partir à Paris.
Mais avant de m’envoler j’ai fait une année de Fac d’anglais, option Sciences du Langage…Que je n’ai malheureusement pas validée car déjà à l’époque je voyageais beaucoup pour le mannequinat. Ensuite, lorsque nous sommes passés par Limoges avec mon mari je m’ennuyais pas mal, j’ai donc décidé de prendre des cours de Langue des Signes (LSF), j’ai passé plusieurs niveaux et fait la rencontre de mon amie Sophie Vouzelaud.
Sinon pour le reste je suis complètement autodidacte.

A quel métier vous destiniez-vous ?

Je rêvais d’être éducatrice spécialisée et de travailler auprès des personnes sourdes et malentendantes.
C’est certainement le livre d’Helen Keller qui m’a marquée étant petite.

Des passions ?

Les langues étrangères, la langue des signes, les différentes cultures et pays… Je trouve qu’il n’y a pas plus enrichissant que d’apprendre des autres.
Et donc forcément les voyages…la mode et ma famille.
J’adore la méditation.
Et enfin la musique ! Il ne se passe pas un jour sans que l’on écoute de la musique et qu’on danse chez nous ! Bref, j’aime la vie et les gens !

Comment avez-vous rencontré votre conjoint ?

Lorsque je suis revenue me poser à Lyon, mon amie, ma sœur de cœur, Christelle Yambayissa, mannequin aussi, m’a présentée Johan lors d’un défilé.
Lui à cette époque il débutait à St Etienne, mais en tant que Basketteur, en deuxième division, c’est-à-dire la Pro B.
Je ne suis pas de celles qui croient aux rencontres arrangées…Et pourtant notre couple en est l’incarnation parfaite !!!
Ça a fonctionné tout de suite… Enfin je dois dire qu’elle m’avait caché le fait qu’il était basketteur, et m’avait simplement dit qu’il était étudiant, et très sportif, et vu qu’on était « à distance » au début je n’ai pas tout de suite capté. Je voyageais pas mal, je n’étais pas souvent dispo.
C’est au bout d’un bon mois, que je m’en suis vraiment rendu compte…
Ça m’a refroidi, car je dois bien l’avouer je n’avais pas une super image des sportifs…
Mais que voulez-vous, la vie vous donne parfois des leçons, et celle-ci est l’une des plus belles : il ne faut pas juger sans savoir, la preuve !
On a emménagé très vite ensemble, au bout de 3 mois, juste après Noel, et surtout juste après avoir rencontré sa maman.
Ensuite, il m’a demandé de le suivre et c’est comme cela que je me suis retrouvée à … LIMOGES !!!! Dur !
C’est là-bas que je l’ai demandé en mariage car il m’a demandé un bébé !
Oui on est du genre à tout faire à l’envers lol
On a donc eu Alia, puis on s’est marié puis on a eu Zayon.

Comment a-t-il commencé sa carrière ?

À la base, il rêvait de devenir Footballeur professionnel. Il est d’ailleurs toujours bien plus fan de foot que de basket, mais chut il ne faut pas le dire !
Il faisait partie du centre de formation du CCFP.
Mais ça ne s’est pas fait, et ce sont deux surveillants de son lycée qui l’ont embarqué aux détections du Paris Basket Racing… Il avait 17 ans, aucune base de basket, sa seule référence c’était Space Jam avec M.Jordan, son seul atout : il était grand et rapide !

À la fin du weekend il a été retenu. Ensuite il a été repéré lors d’une colonie de basket, ou sa maman l’avait inscrit en traitre (et elle a bien fait lol ) par deux agents, qui ont tout de suite cru en lui.
Ils lui ont fait faire le tour des clubs de formation de toute la France, il a été refusé à peu près partout, sauf à St-Etienne, où Alain Thinet et Fabien Romeyer ont décidé de le prendre et de tout lui apprendre.

Beaucoup de ceux qui l’ont croisé à l’époque lui disaient qu’il était nul, qu’il ne serait jamais pro… Mais au bout d’un an il a donc signé son premier contrat en Pro B, à force de travail et d’un mental d’acier. Il n’a rien lâché, il a été bien entouré, notamment par ses amis et sa famille, bien cadré par ses deux coachs qui ont fait de lui une bonne partie du joueur qu’il est aujourd’hui.
Il faut toujours y croire et ne jamais laisser personne vous dire que ce n’est pas possible…

Il est ensuite passé par Limoges, puis Nanterre… Avec cette équipe, il a tout gagné, champion de France pro B puis Pro A, Coupe de France, Trophée des Champions, Champion d’Europe, Deux fois All Star… Une belle revanche. Pascal Donnadieu l’a façonné.

Nous sommes ensuite passés par une blessure, en fin de contrat, la veille de signer l’un de ses plus beaux contrat… Les croisés, saison blanche… Avec tout ce que cela peut entraîner. Puis Dijon, puis re Nanterre, et aujourd’hui Châlons-Reims, où nous sommes super heureux!

Vous avez choisi de suivre votre conjoint dans chacune de ses étapes. Vous êtes-vous sentis investis d’un rôle ? Si oui quelle a été votre mission ?

Oui effectivement je l’ai choisi, sans trop savoir à quoi m’attendre.
Je dirai que je vois mon « rôle » comme un soutien sans faille, je l’encourage évidement, j’ai aussi un rôle je pense au niveau équilibre, alimentaire, familiale, bien-être, je fais tout pour qu’il soit au mieux de sa forme, l’esprit libre, reposé, sans tracas. Je gère tout mais je le fais avec plaisir, et toujours en se consultant. On est une « team » comme il le dit si bien.
Je gère aussi de temps en temps ses réseaux, ses sponsorings, ses partenariats, ses passages Tv…
C’est un sacré job tout ça, d’autant que je travaille à côté, et que je me dois d’être là à 100% pour les enfants, puisque Jo lui est souvent amené à voyager.
Mais c’est un mari et un père très présent, on n’a pas à se plaindre.

 Comment vit-on loin de ses proches, dans un nouveau pays où l’on n’a aucun repère ?

J’ai toujours eu beaucoup de mal à être loin de mes proches, encore plus aujourd’hui avec les enfants.
J’aime me réfugier « dans ma bulle » à Lyon, et c’est justement auprès de ma famille, et de mes amies d’enfance. C’est vital pour moi, pour mon équilibre lol

Autant j’adore déménager, non pas de devoir faire des cartons sans savoir où l’on va aller jusqu’à la dernière minute, mais dans le sens où l’on rencontre beaucoup de monde, ou l’on visite beaucoup de régions, mais d’un autre côté j’ai un réel besoin d’avoir un endroit stable, qui ne change pas, où mes racines et mes proches sont toujours là, pour me rassurer, ça m’aide à me ressourcer.

Les clubs ont-ils simplifiés votre intégration ?

Pas tous !
Mais certains oui ! Et je les remercie car ça change la vie ! Vraiment !
Mais c’est quand même toujours un peu pareil : retrouver un docteur, une babysitter de confiance, se refaire un cercle d’amies….
C’est pour ça que le site « www.femmesdemaispasque.fr » est une superbe idée !

Quelles ont été les plus grandes difficultés rencontrées dans votre parcours ?

Sans aucun doute, la blessure des ligaments croisés de Jo, juste après la naissance de notre deuxième enfant Zayon, à la veille de la fin de son contrat, ce qui veut dire dans le basket: pas de contrat derrière, pas de maison, un impact sur la famille, un impact financier énorme car pas de salaire, sans parler bien sûr la difficulté à porter à bout de bras son mari alité, blessé, le moral au plus bas, alors que soi-même on est super inquiète mais qu’il faut rester forte, pour que son rétablissement se fasse du mieux possible. L’année la plus longue de ma vie… sans compter qu’après il a fallu qu’il prouve à tout le monde qu’il n’était pas « finit »… Et Dijon ne nous a pas aidé pour ça.

Parlez-nous de vos activités professionnelles, vos projets ? (Comment s’est passé le lancement ? Vous a-t-on aidé à la conception de votre entreprise, projet ? Quelles difficultés rencontrées, ce que vous referiez ? ne referiez pas ? Ce que ca vous apporte ? Un site web pour retrouver vos créations ?… )

Cela fait deux ans que je travaille sur ce projet de marque avec mes associés, Julian mon frère, et Teresa mon amie et styliste.
Pour la petite histoire, il faudra vous rendre sur notre site 😉 Vous y êtes toutes les bienvenues !

Mais en gros, nous avions envie de créer une marque avec un message fort, une identité visuelle, et qui s’adresse à tout le monde.
Par tout le monde, on entend l’Homme, la Femme et l’Enfant, mais pas seulement.
Tout le Monde dans sa diversité, avec ses différences, car être différent est une force.
Cette marque s’adresse, à toutes les morphologies, toutes les tailles, toutes les origines, tous les âges, tous les sexes.

C’est comme ça qu’est né www.e-setera.com
Et j’ai hâte de vous faire découvrir notre univers, très prochainement !
La première collection sera lancée en janvier 2019, sur le site.
À l’heure actuelle la production de cette collection « The Band » est lancée, et je travaille sur toute l’organisation, le booking des shootings photos qui se dérouleront en studio à Paris avec mon ami Yannick Leconte. J’ai hâte !

Les difficultés d’un tel projet c’est de se démarquer, car le monde de la mode est impitoyable, et la concurrence y est rude !
Mais il en faudrait plus pour nous arrêter !

Si vous deviez mettre à l’honneur une femme de, quelle serait-elle ? Pourquoi ?

Sans hésitation, mon amie Marie Pons, la femme de Guillaume Pons, pour sa force face au combat qu’elle mène, sa loyauté, son grand cœur … Mais je n’en dis pas plus car j’espère bien qu’elle sera à son tour « Femme du Mois » pour que vous puissiez toutes découvrir la femme incroyable qu’elle est ! Je l’aime profondément, et je l’admire secrètement lol

Quels principaux conseils donneriez-vous aux autres Femmes De ?

De ne jamais s’oublier, de vivre chacun de vos rêves à fond car tout est possible quand on s’en donne les moyens même si lorsqu’on est « femme de » on nous catalogue ou on nous met des bâtons dans les roues ! Who run the World ?

PORTRAIT CHINOIS

Si j’étais :
Une couleur : Violet
Un pays : Thailande
Une ville : Salvadore
Un musée : Le Louvre
Une équipe de sport : Le Barça en foot et au basket
Un animal : une panthère, un chat
Une saison : l’été
Un artiste : Dali, Beyonce, Michael Jackson, Picasso
Un sport :  la danse
Un objet : mon portable, et mon Bouddha
Un film : Mange, prie, aime et Vas, vis et deviens
Une boisson : l’eau, le thé
Un personnage célèbre : Coco Chanel, Simone Weil
Un personnage qui a marqué l’histoire : Martin Luther King, Rosa Parks
Un livre : Fleur du désert
Une invention : Le cinéma
Une marque : Yves Saint Laurent
Un bijou : Ma bague de fiançailles

Découvrez sa marque : E-Setera ici !
Pour découvrir la femme du mois de novembre c’est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *